Revue Sens 442 Mai-juin 2022

Je voudrais commencer par un regret personnel. Il est évident que si le Père Dupuy était parmi nous, c’était à lui de dire ce que je vais essayer de dire maintenant, et je vous assure que je ressens très profondément son absence. Et je voudrais dire aussi — cette toute petite parenthèse, mais qui est essentielle, me semble-t-il — que, grâce aux Avents, grâce aussi à d’autres rencontres que j’ai eues avec le Père Dupuy, il y a une grâce fraternelle de confiance réciproque, d’intercession commune qui s’est établie entre certains catholiques et certains protestants — et je pense à moi-même — qui sont vraiment les plus doux et les plus beaux fruits de la fidélité oecuménique.

 

Thème
Auteur